Catégorie: Dépression

 

Fabrice

Ben, on sort de l’adolescence et on se retrouve dans « le milieu » et on se rend compte que la vie homosexuelle tourne exclusivement autour du sexe mais ça ne convient pas forcément à tout le monde, personnellement il me faut de la tendresse et une histoire.

Olivier

Par rapport aux hétéros, la vie est plus difficile. On a tous des problèmes, être gay rallonge simplement la liste. Quand la liste est pleine => on plonge (dépression). C’est un raisonnement simple mais c’est la réalité. une fois qu’on arrive plus à surmonter les problèmes, les choses se compliquent…

Michel

Malgré les progrès dans l’évolution des mentalités, l’homosexualité continue à être perçue négativement par une minorité importante de la population. Un homosexuel a plus de difficulté à s’épanouir naturellement dans la société

Nicolas

Tout d’abord parce que j’ai vécu une dépression et que je suis gay. Les homosexuels étant toujours considérés comme des marginaux ou anormaux sont fragilisé sur le plan de l’identité et socialement. Les homosexuels sont plus susceptibles de souffrir de solitude, à cause même, à un certain degré, des valeurs et des pratiques au sein de la communauté homosexuelle (consommation sexuelle, multiplicité des partenaires, superficialité, trop de valeur placée sur la beauté et les caractéristiques physiques au dépend de l’amitié, la solidarité, la relation, le partage). Le fait de ne pas pouvoir fonder une famille, les écartent petit à petit de nombreux activités sociales et personnelles qui ancrent l’individu dans la société.  Ne pas avoir des enfants peut empêcher l’individu de s’épanouir et de donner un sens à sa vie.

Marc

il est difficile d’accepter le fait d’être homosexuel. Les gens le prennent parfois mal et le fait est donc plus propice à permettre ce genre de problèmes

Lucien

L’homosexualité est une orientation sexuelle qui rencontre encore aujourd’hui une certaine méfiance, voire une certaine hostilité dans nos sociétés. L’homme homosexuel est donc susceptible non seulement d’en souffrir, mais surtout d’avoir une plus grande difficulté à se construire à l’âge de l’adolescence ou l’on est supposé s’affirmer dans sa vie sociale. Ces difficulté peuvent laisser des traces, voire constituer un véritable traumatisme.

Jean

L’acceptation de soi, l’amour de soi, le respect de soi sont autant de choses qui viennent plus tard chez les gays, du fait de la possibilité d’être accepté comme tel ou non à un âge plus tardif que l’adolescence contrairement à l’hétérosexuel(le) qui est comme la masse

Charles

Notre style de vie n’est pas prévu par la société, quoi qu’elle en dise et quelles qu’en soient les représentations données par la publicité, entre autres. C’est une expérience souvent marquée par une profonde solitude, pour laquelle il n’exsite pas de mode d’emploi. Seule l’expérience personnelle, et le désir et les ressources de trouver en soi la flamme de la vie comptent. Il n’existe pas véritablement de carte sur laquelle les gays peuvent projeter leur trajectoire.

Bertrand

Zone de Widget pour la Sidebar 2
pour personaliser les Widget, rendez-vous dans: Apparence / Widget
risus. mattis felis Aliquam libero. odio sem, tristique